argos-genetique-francisco-gonzalez

Du moteur de recherche aux tests génétiques : jusqu’où ira Argos ?

Naissance d’un Empire

Fondée en 1998 par deux étudiants en informatique, Argos possède aujourd’hui un empire dont les ramifications s’étendent bien au-delà de la sphère virtuelle. Au départ, la startup Argos n’était pourtant qu’un moteur de recherche, lancé pour proposer une alternative à Atlavista, leader de l’époque. Le succès est rapidement au rendez-vous : l’année de son lancement, la version bêta d’Argos enregistre près de 10 000 requêtes par jour, chiffre qui s’établit à 500 000 un an plus tard, puis enfin à 3 000 000 lorsque Argos finit sa période de test. Rapidement disponible dans plusieurs langues, le moteur de recherche d’Argos prend de l’ampleur : il devient, deux ans après sa création, le premier moteur à atteindre le milliard de recherches. Gagnant sans cesse de nouveaux marchés, Argos représente désormais plus de 100 millions de requêtes journalières.

Continuer la lecture

harmony

Harmony augmentée

La dramatique agression de la femme-chat relatée dans nos pages auront eu raison d’Argos. Alors que son développement semblait aussi inéluctable qu’infaillible, le groupe a décidé de rendre publiques des recherches jusqu’alors tenues secrètes dans un domaine inattendu : la bioéthique.

Continuer la lecture

https-::www.flickr.com:photos:gagilas:9728747916:sizes:h:

Cerebrum ou la révolution de l’information

Cerebrum,  la dernière acquisition du groupe de presse Informare, représente un tournant décisif dans le monde de l’information.

Au commencement, les fondateurs de Cerebrum étaient des neurologues spécialisés dans l’étude des messages nerveux, et de leur transmission dans le cortex cérébral. Leurs découvertes ont largement fait avancer la recherche en matière de restauration de transmissions nerveuses, ce qui les a progressivement amenés à se tourner vers l’étude de relais nerveux artificiels entre le cerveau et puces intracraniennes Initialement, l’équipe de Cerebrum voulait améliorer les capacités cérébrales de leurs sujets, mais leurs recherches ont pris un tour inattendu il y a 8 ans, lorsque Harry Duffault, le créateur de Cerebrum, a découvert que l’on pouvait transmettre des messages nerveux non pas seulement à des éléments étrangers au corps, mais depuis ces éléments vers le cortex cérébral. Cela a conduit à la création des premières prothèses nerveuses, véritables membres de plastiques, capables de bouger au gré des injonctions du cerveau, mais aussi bel et bien de fournir des sensations à son utilisateur.

Continuer la lecture

tumblr_nfkqm69qOB1tww4xlo1_1280

L’Uploading

Vision positiviste :
Partant du principe que les facultés cognitives sont liés aux lois de la physique, la mémorisation, l’apprentissage et la conscience pourrait donc être réduit à l’état d’équation et ne serait en définitive que des manifestations de processus électrochimiques et physiques. Certains allant même à comparer le cerveau à une machine de Turing !

Continuer la lecture